Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


A Lons-Le-Saunier, la Maison de La vache qui rit

Inaugurée en 2009 à Lons-le-Saunier, sur le lieu de naissance du célèbre fromage fondu, « La Maison de La vache qui rit » se veut une expérience de visite ludique axée sur trois thèmes: créativité artistique et culinaire, monde de l’enfance, responsabilité sociétale et environnementale.


Le fromage fondu le plus célèbre du monde

Maison de la vache qui rit ©groupe Bel
Maison de la vache qui rit ©groupe Bel

Le 16 avril 1921, la marque La Vache qui rit est déposée et le produit distingué par un Grand Prix de la Foire de Paris. En 1922, on découvre la vache rouge au large sourire arborant de magnifiques boucles d'oreilles en forme de boîtes de fromages. Les premiers pétrins de fonte et machines à portions sont installés à Lons, en 1924. En 1926, Léon Bel fait bâtir une usine capable de fondre jusqu’à 20 tonnes de fromages par jour ! En 1929, La Vache qui rit franchit la Manche et une filiale de la fromagerie est inaugurée à Southampton. Forte de son succès en Europe, La Vache qui rit part à la conquête du monde. Aujourd’hui La Vache qui rit est une référence dans le monde entier. Chaque jour, plus de dix millions de portions sont consommées – soit 7’500 par minute, 2’300 toutes les 20 secondes - dans plus de 120 pays.


Naissance d’une star !

Maison de la vache qui rit ©groupe Bel
Maison de la vache qui rit ©groupe Bel

L’idée d’appeler ce fromage La Vache qui rit est venue de la rencontre de Léon Bel avec Benjamin Rabier, dessinateur de talent spécialisé dans le dessin d’animaux – les aventures du canard Gédéon, c’est lui ! Pendant la Première guerre mondiale, Léon Bel fut affecté au 7e escadron du Train, unité appelée aussi régiment de Ravitaillement en Viande Fraîche (RVF). Le dessin de Benjamin Rabier qui orne les camions du RVF est celui d’une vache hilare dotée de boucles d’oreilles, baptisée « La Wachkyrie » par les militaires. Un joli pied de nez aux soldats ennemis ayant comme emblème les Walkyries, figures de la mythologie nordique remises au goût du jour dans un opéra du compositeur Richard Wagner.

A l'origine du projet de créer une maison, le rêve de Catherine Sauvin, petite fille de Léon Bel qui a eu envie d'offrir aux Lédoniens un lieu culturel, de vie et d'étonnement, dédié à la plus célèbre enfant du pays, la vache la plus déjantée !


Les architectes de Reichen et Robert & Associés ont conçu La Maison de La vache qui rit en tant que bâtiment emblématique, innovant et respectueux de son environnement : baies vitrées, puits de lumière et mur végétal en constituent les principaux éléments. Plus de 110’000 visiteurs sont déjà venus explorer cet espace de 2’200 m2 différent des musées traditionnels. On y retrouve les grandes étapes de l’histoire de La Vache qui rit : une collection unique d’environ 600 objets historiques : la première boîe et le dessin original de Benjamin Rabier, affiches, films publicitaires, documentaires, jeux, boites de toutes les périodes et de tous les pays. Un mur est consacré aux affiches de la concurrence : la Vache sérieuse, la Belle vache, la Vache heureuse… ! Un parcours extérieur de 1.300 m2, avec jeux en bois, permet de s’amuser à l’extérieur tandis que les parents profitent d’un moment de détente sur la terrasse.



Exposition originale, ludique et … nourrissante

Maison de la vache qui rit © FK
Maison de la vache qui rit © FK

Trois expositions temporaires sont organisées chaque année. Cet été, jusqu’au 23 septembre 2012, « Au lait ! Quand l'art déborde » met en lumière le rôle et la place du lait dans certaines des pratiques artistiques contemporaines. Les artistes rappellent que le lait est une matière sensorielle et intellectuelle, lumineuse et ambivalente : Boris Achour, Ismaïl Bahri, Ceal Floyer, David Lamelas, Matthias Müller, Sara Naim, Géraldine Py & Roberto Verde, Delphine Reist, Andres Serrano ou Patrick Tosani. L’exposition s’ouvre sur le dialogue entre une Vierge à l’Enfant polychrome du 15ème siècle et une représentation contemporaine « Woman with Infant » (1996) du photographe américain Andres Serrano, image d’une femme noire tenant dans ses bras un nouveau-né blanc.

Du 6 octobre 2012 au 3 mars 2013, la Maison de La vache qui rit présentera une exposition sur le jouet abordé sous l’angle de réalisations remarquables tant par leur originalité que par leur fabrication… La cafétéria « La tapas qui rit » propose tous les jours des mini tapas, salades, desserts, yaourts maison, glaces délicieuses et même des boites de La vache qui rit en pot d’un kilo !

Plus d'informations: www.lamaisondelavachequirit.com


© Texte Françoyse Krier

Plus d'informations sur Lons-Le-Saunier: www.ville-lons-le-saunier.fr


 

Jura | Le Doubs





Partager ce site