Balade à Lausanne sur la trace des « Space Invaders »

Vous ne les avez peut-être pas remarqués mais ils sont pourtant là, cimentés dans la pierre, à des endroits inaccessibles ou improbables. Ils, ce sont les « Space invaders » qui ont envahi la ville de Lausanne au début de notre millénaire !


© CCA, un space invaders sur le rebord du Grand-Pont à Lausanne
© CCA, un space invaders sur le rebord du Grand-Pont à Lausanne
Petits personnages en mosaïque, les «Space invaders» ne viennent pas de l'espace, malgré leur look pixelisé, mais ont été créés par un artiste français qui soigne tout particulièrement son anonymat. On sait tout de même de lui qu'il est né en 1969 et qu'il a une passion : envahir les villes pacifiquement en disséminant ses «Space Invaders» largement inspirés du célébrissime jeu vidéo éponyme édité en 1978 par le japonais Toshihiro Niskhikado.

Outre Lausanne, Berne et Genève, l' «envahisseur urbain» a jeté son dévolu sur Paris, Los Angeles, Hong Kong, Tokyo. Sa démarche ne doit rien au hasard : avant de passer à l'action, l'artiste fait toujours un « plan d'invasion » selon des critères conceptuels ou esthétiques. Et bien entendu il ne demande aucune autorisation, préfabrique ses petites figurines et attend la nuit pour les installer. Il s'est même offert, en 1999, les lettres du panneau «Hollywood» qui surplombe la ville du même nom, en y apposant un premier petit envahisseur sur le «D», histoire de célébrer le bug informatique tant attendu de l'an 2000, avant de s'attaquer plus tard aux autres lettres. La performance est d'autant plus impressionnante que l'accès à toute la colline est interdit.

Si l'artiste juge la clandestinité essentielle à son mode de fonctionnement, il est toutefois parvenu à se faire un nom ( !) dans le milieu de l'art plus institutionnel en présentant des œuvres pixelisées et inspirées du rubik's cube. Il a exposé ainsi à la galerie très pop LeVine à New York, à la Biennale d'art contemporain à Lyon ou encore chez Subliminal Project à Los Angeles.

D'autres projets, que l'on peut suivre sur le site officiel ( !) de l'Invader, sont en préparation. En attendant, si vous avez envie de vous faire une opinion du phénomène, faites un tour dans les rues de Lausanne ou de Genève et ouvrez l'œil !

Site officiel ( !) de l'Invader voir ici

Vidéo montrant l'Invader masqué «en action» dans les rues de Lausanne: voir ici

Lausanne compte une vingtaine de «Space Invaders» dont voici quelques emplacements :
Depuis l'esplanade située devant l'entrée principale de la Cathédrale, on aperçoit en regardant la ville un Space Invader accroché à la cheminée d'un toit. Un peu plus loin, lorsque l'on rejoint la place Riponne par les escaliers de l'Université, un Space Invader est fixé à droite du bâtiment de l'Espace Arlaud. Le Grand-Pont en compte plusieurs, dont l'un placé directement sous la balustrade de l'ouvrage et l'autre sur un bâtiment que l'on aperçoit depuis la Place de l'Europe. Un Space Invader squatte le bas des escaliers de Bel-Air situés à la rue de Genève. Enfin, le panneau de la rue du «Petit Chêne», situé juste en face de la gare comporte également son petit bonhomme au look intergalactique.

Texte : © CCA

Région Yverdon-les-Bains | Lausanne et environs