Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


Buis-les-Baronnies : le « phyto-tourisme », c'est tendance !

Après l'œnotourisme, voici venu le temps du phyto-tourisme ! A Buis-les-Baronnies, capitale du tilleul et porte-drapeau d'une région qui a fait de la connaissance et de la culture des plantes une tradition millénaire, on met tout en œuvre pour faire (re)découvrir tout ce qui pousse. C'est d'ailleurs ici même, sur ces terres encore sauvages situées au Nord du Mont Ventoux, que la famille Ducros a commencé, au début des années 1960, à se « décarcasser » dans les herbes et les épices.


Environs de Buis-les-Baronnies © CCA
Environs de Buis-les-Baronnies © CCA

Ainsi, en plus des activités de randos, pêche, grimpe, parapente, on est invité à s'en mettre plein les yeux, les narines et les papilles. Et ça commence pas plus loin qu'à l'Office du Tourisme de Buis qui a remplacé ses fontaines à eau par des fontaines à tisanes et transformé une partie de ses locaux en «Maison des plantes». Tilleul mais aussi une multitude d'autres herbes aromatiques et médicinales, lavande, thym, fenouil, sarriette, sauge se présentent sur trois étages. On teste l'orgue des senteurs avant de partir explorer le jardin des plantes, à l'extérieur. 

A une quinzaine de kilomètres de là, à Brantes, croquignolet village d'artisans agrippé à flanc de colline, les « aventurières du goût » aiment faire découvrir tout ce qui se mange, fleurs ou herbes. Une promenade sous la conduite de Jacqueline pour ramener les ingrédients du jardin et l'on passe ensuite à la cuisine où Odile nous apprend à concocter des petits plats étonnants faits à partir de la cueillette du jour. Un travail en commun qui finit invariablement autour d'une table joliment dressée agrémentée, en plus des plats confectionnés, de vins rouge ou rosé de la région.

Une expérience nature que l'on peut prolonger, dans un autre registre, au centre thermal de Montbrun les Bains. En plus de barboter dans les jacuzzis situés sur le toit de l'immeuble, qui offrent une vue à 360 degrés sur le pittoresque village de Montbrun, classé parmi les 100 plus beaux de France, on peut également s'offrir toute une gamme de soins du corps et du visage à base de plantes locales. Il ne reste plus alors qu'à se laisser aller à la douceur d'un enveloppement ou d'un masque de noyau d'abricot, d'épeautre, de citron ou de tilleul...

Pratique :

Pour localiser et organiser votre séjour à Buis-les-Baronnies : www.buislesbaronnies.com


A voir, à faire :

Autour des plantes : la Maison des Plantes et Jardin des Senteurs de Buis : www.maisondesplantes.com ; les soins à base de plantes locales du Centre Thermal de Montbrun-les-Bains www.valvital.fr . A Brantes (17km), atelier de cuisine autour des plantes

Randos : villages perchés, gorges, lacs, route de la lavande et de l'olivier, à pied ou à vélo : des itinéraires que l'on peut télécharger sur son mobile (www.escapado.fr ) ou que l'on peut se laisser suggérer à l'OT www.buislesbaronnies.com . Voir également le site de la Drôme provençale:   


Village de Buis-les-Baronnies © CCA
Village de Buis-les-Baronnies © CCA
Patrimoine : le village de Buis, ses remparts, ses arcades, ses tours du 14ème siècle, sa chapelle des ursulines du 17e siècle et son célèbre Pont Neuf en amont de Buis. A voir également, à 26km, le Château d'Aulan .

Grimpe : une trentaine de sites équipés dont 16 topographiés. Il y a bien sûr le rocher Saint-Julien (pour les pros !), les gorges d'Ubrieux et d'autres moins connus mais qui méritent le détour.

Parapente : avec, notamment, une école de parapente pour cette région fière de profiter de l'une des meilleures aérologies de France.

Où dormir ?

L'Hôtel des arcades: notre article
L'Ancienne cure: notre article

Où manger ?

Restaurant de la Fourchette, Place du Marché, 26170 Buis-les-Baronnies, Tél 33 (0)475280 331


Le petit village drômois abrite quelques Zimmermann et autres porteurs de patronymes helvétiques, héritage de la politique de repeuplementde Buis après la peste qui a ravagé la région au 13ème siècle. C'était l'époque où les Suisses n'avaient pas encore "inventé" la finance, l'horlogerie et le chocolat et émigraient hors de leurs frontières pour ne pas mourir de faim.

Texte © CCA

Pour organiser votre séjour dans la Drôme, cliquez ici
Pour voir la Drôme en images, cliquez ici



 

Drôme provençale | Diois | Vercors





Partager ce site