Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


Caverne du Pont-d'Arc, art pariétal présenté au public

La Grotte ornée du Pont d’Arc, dite « Grotte Chauvet », tel est le nom exact du site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et inauguré en avril 2015.


« Je ne cesserai de dire partout dans le monde : venez à la rencontre de vos origines, venez à la Caverne du Pont d’Arc, venez chez vous, en Ardèche », s’exclamait François Hollande dans son discours d’inauguration, séduit pas la qualité du site.

L’Aurignacien, contexte naturel et culturel

La Galerie de l’Aurignacien est le second pôle culturel du site de la Caverne du Pont d’Arc. Bel espace d’exposition permanente de 700 m², accessible librement, qui permet de découvrir la culture aurignacienne, les techniques d'art pariétal et les animaux qui servaient autrefois de modèles à nos ancêtres.

Semi-nomades, les Aurignaciens vivaient en symbiose avec la nature, au milieu d’une mégafaune : mammouths, lions des cavernes, ours, mégacéros, rhinocéros laineux, bisons des steppes…
 

Caverne du Pont-d'Arc, art pariétal présenté au public
La scénographie développe trois grands thèmes :
 
  • Qui étaient ces femmes et hommes qui vivaient sur notre territoire il y a 36’000 ans ? D’où venaient-ils, que faisaient-ils ?
  • L’Ardèche d’alors: la Terre vit une période glaciaire, quel est le visage de l’Ardèche et de ses paysages fréquentés par nos ancêtres ?
  • L’art pariétal, art des origines. La Caverne du Pont d’Arc est le seul lieu en France et un des rares au monde qui traite de l’art pratiqué par nos ancêtres. Quelles techniques picturales utilisaient-ils ? De quels thèmes traitaient-ils ? Quel sens donnaient-ils à leur art ?

Les salles présentent 85 objets exposés; 6 animaux (ours, mammouth, mégacéros, félin, bison et rhinocéros laineux) et 5 humains dont un enfant dans des décors végétalisés ; un panorama géant de 700 m² constitué de 1’500 photos ; une salle de cinéma de 65 places ; 35 interventions réparties dans 100 écrans tactiles (tous publics) ; un espace connecté WiFi (développement d’une appli dédiée). La scénographie est vraiment très réussie.


 

Restitution unique au monde

Caverne du Pont-d'Arc, art pariétal présenté au public
David Huguet, chargé des projets culturels, et Kléber Rossillon, gestionnaire de sites culturels et touristiques recruté sur appel d’offre, sont particulièrement fiers de la caverne, réplique de la grotte Chauvet premier chef-d'œuvre de l'Humanité, comme de la galerie dont ils ont suivi les différentes étapes.

Quels étaient les objectifs de ce projet ?
K.R. - Nous voulions faire découvrir la grotte aux visiteurs, dans de bonnes conditions, d’émerveillement surtout. Bien sûr nous avons visité la grotte originale. Pas de trace d’ossements humains, seulement d’animaux. Le crâne d'ours posé sur une stèle, scène reconstituée dans la caverne, est très émouvant. Les hommes préhistoriques ne représentaient jamais les pieds. On peut admirer une tête de bison penchée sur un corps de femme.

Connaît-on la signification du bestiaire représenté ?
D.H. - On est dans un mythe de la création. Ce que vous voyez dans la grotte ne sont pas des images documentaires, ce sont des dessins dus à une croyance spirituelle. Chaque image est un symbole. Mais on ne sait pas ce qu’ils voulaient exprimer. C’est l’homo sapiens… Quatorze espèces animales sont représentées, toujours les mêmes. Pas d’arbres. Les gens entraient dans la grotte et en ressortaient. Ils n’y vivaient pas. Cette civilisation s’occupait des enfants et des personnes âgées.
 

Quelles techniques ont été employées pour reproduire la cavité originale ?
K.R. - Pas question ni autorisation de prendre des moulages dans la grotte originale. La première étape a donc consisté à digitaliser la grotte. Lors de la deuxième étape, il s’avérait nécessaire de prévoir des morceaux découpés en sections. Photographies 3D, puis armatures métalliques façonnées à la main, squelettes de fer, résine, mortier couleur de la pierre pour modeler les contours de la grotte.
 
Comment s’est effectué le recrutement des artistes ?
K.R. - Les artisans ont été recrutés un peu partout sur références et selon leurs compétences. 30 sculpteurs, 20 peintres. Nous avions un chef espagnol, des artisans polonais… Il a fallu leur apprendre la grotte, la différence entre le monde scientifique et artistique. Prendre en compte les réactions  des matériaux, les techniques qui ont été les mêmes que celles d’il y a 36’000 ans : dépose pigments à base de charbon de bois, d’argile, d’ocre rouge...   

En conclusion…
D.H. - La réplique de la grotte Chauvet est 15 fois plus grande que celle de Lascaux, inaugurée en 1983. L’atmosphère intimiste y est bien ressentie. Et, fait rare, le budget prévu n’a pas été dépassé ! La caverne du Pont d’Arc est appelée à être la première attraction en terme de visiteurs, soit 300'000 personnes attendues par année.
 
La grotte Chauvet-Pont d’Arc filmée…
Werner Herzog a réalisé un documentaire sur la grotte Chauvet, sorti en 2010, et élu en 2011 « Meilleur film documentaire » au Festival international du film de Dublin. Autorisé quelques jours seulement à filmer ce patrimoine, le cinéaste montrait dans La Grotte des rêves perdus,  « les fabuleuses peintures rupestres comme le public ne les verra jamais ».
 
www.cavernedupontdarc.fr
www.rendezvousenfrance.com

Texte et photos : © Françoyse Krier
 

Pourquoi Escapada ? | Suisse | France | Europe | Idées | Actu | Adresses | WK & VAC | Annonces





Partager ce site