Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


Charlotte Perriand et le Japon : exposition au MAM de Saint-Etienne

L'exposition consacrée à la designer Charlotte Perriand s'inscrit dans l'événement 8ème Biennale Internationale Design 2013. Cette programmation reflète la réciprocité des échanges entre la première femme designer française et le pays du soleil levant.


Exposition Tokyo 1941 ©ACHP ADAGP 2012
Exposition Tokyo 1941 ©ACHP ADAGP 2012
Du 23 février au 26 mai 2013, l’exposition Charlotte Perriand et le Japon mettra en lumière la façon dont cette créatrice d'exception s’est nourrie des traditions ancestrales japonaises et également l’influence de son travail sur le design japonais - notamment  grâce aux deux expositions qu’elle a organisées à Tokyo en 1941 et 1955.
 
Invitée par Sakakura Junzō avec qui elle avait travaillé dans l’atelier de Le Corbusier entre 1931 et 1936, Charlotte Perriand séjourne au Japon entre l'automne 1940 et l'hiver 1942. Elle y occupe le poste de conseiller à l'art industriel auprès du ministère du Commerce et de l'Industrie.
 
Charlotte Perriand découvre qu’au Japon « on n’énonce pas une idée, on la cerne ». Partant de ce principe, elle explore le pays à la découverte des techniques et des objets artisanaux, réalisant des photographies et collectionnant celles de photographes documentaires pour nourrir sa réflexion sur des points précis : traitement de l’espace, lumière et ombre…
 
Elle sait faire comprendre que bois, bambou, tissage et laque ne doivent pas être écartés. Créatrice au carrefour des mondes comme le sont les artistes européens de l’époque, elle remarque des dessins d’enfants et des graffitis de matelots. Ils seront transposés sur des supports réservés aux arts décoratifs, comme cette tapisserie redécouverte récemment au Japon et présentée pour la première fois en France, à Saint-Etienne.
 
Pendant son séjour, elle monte une exposition illustrant l’alliance de l’Occident à l’Orient, Sélection-création-tradition. De nombreux éléments et objets sont présentés à Saint-Etienne, certaines pièces disparues sont recrées (pièces uniques) pour l’occasion à la demande de Pernette Perriand, sa fille.

Un univers créatif innovant

En 1955, Charlotte Perriand organise une seconde exposition à Tokyo, Proposition d’une synthèse des arts, afin de présenter ses recherches sur l’art d’habiter, qui est intégralement reconstituée à Saint-Etienne : pièces à vivre enchâssées dans un dispositif de poutres et de solives. On y retrouve la bibliothèque à plots incorporés, la table empilable, la table au plateau de cyprès (rééditée pour la reconstitution), les banquettes Tokyo, les étagères Nuage, mais également des œuvres de Fernand Léger ou Le Corbusier, des ouvrages de maîtres anciens.


MAM Saint-Etienne Métropole
Rue Fernand Léger
France - 42270 Saint-Priest-en-Jarez
www.mam-st-etienne.fr

Voir aussi: www.sitelecorbusier.com
                   www.loiretourisme.com

Texte : © FK / dossier de presse

Articles liés:
- La Maison blanche du Corbusier à La Chaux-de-Fonds
- La villa turque à la Chaux-de-Fonds

Photos: "Tous droits réservés. Sans autorisation, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autre que la consultation individuelle et privée sont interdites."

Firminy | Chalmazel





Partager ce site