Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


Château de Grignan : le Versailles du Sud

«Ici, nos nuits sont plus belles que vos jours » : ce serait du château de Grignan que la Marquise de Sévigné aurait adressé ces mots devenus célèbres à Jean Racine. Peut-être en contemplant « les vues triomphantes » offertes par l'immense terrasse de ce bijou Renaissance où se déroulaient des fêtes fastueuses qui eurent finalement raison de la fortune de son propriétaire, le comte de Grignan.


Château de Grignan : le Versailles du Sud
Le 17ème siècle touchait à sa fin. L'histoire, elle, commence en 1669 lorsque Françoise Marguerite de Sévigné, fille de l'épistolière Marquise qui résidait à Paris, épousa François Adhémar de Monteil, comte de Grignan. C'est avec la séparation de la mère et de la fille que débuta la fameuse correspondance. La Marquise se rendit trois fois à Grignan pour des séjours de longue durée, marqués parfois par de lourdes tensions. La dame de lettre(s) aimait s'entourer de prélats, d'écrivains et d'auteurs. Cour brillante créée loin de Paris mais dont les échos se répercutaient jusque là, le château de Grignan fut sacré « Versailles du Sud ».

L'histoire ne connut pas de dénouement heureux. Après le décès de la Marquise en 1696 suivie de peu par celui de sa fille, c'est au tour du Comte de Grignan alors totalement ruiné de disparaître en 1714. Un seigneur d'origine piémontaise, le comte Félix de Muy, reprit le château avant que sa famille soit déclarée émigrée au moment de la Révolution. L'imposante demeure fut alors entièrement détruite en 1793. Elle ne fut reconstruite à l'identique que lorsque Marie Fontaine le racheta en 1912 et le restaura. Elle y mit toute sa fortune. Aujourd'hui propriété du conseil général de la Drôme, le château est ouvert au public sous forme de visites qui se dégustent comme une page d'histoire romanesque et donnent un vaste aperçu des modes de vie du 17ème siècle.

Jardin de Sévigné
Jardin de Sévigné
Et encore...

- Rien ne subsiste du château primitif mentionné au 11ème siècle ni de la puissante forteresse édifiée par les Adhémar au 13ème siècle. Maintes fois transformé, le château de Grignan ne conserve trace que des bâtiments édifiés au 16 et 17ème siècles, reconstruits d'ailleurs au début du 20ème siècle.

- Festival de la correspondance, théâtre, jazz, spectacles nocturnes, il se passe toujours quelque chose au Château de Grignan

Sur les traces de la Marquise :

- La grotte de la Rochecourbière près du village de Grignan qui accueillait les invités du Comte de Grignan. Près d'une source et enfouie dans la verdure, une table en pierre sur laquelle la Marquise aurait écrit ses plus belles lettres.

- Le Jardin Sévigné: une œuvre très 17ème ... mais commandée en 1996 pour marquer l'anniversaire du tricentenaire de la mort de Mme Sévigné. Un dédale végétal en forme de « S » qui, avec l'ajout de parasols, chaises, stylos, papiers, se transforme en chambre d'écriture au moment du festival de la correspondance.

- C'est à la collégiale Saint-Sauveur de Grignan, un bâtiment renaissance construit au 16ème siècle, que repose Mme de Sévigné.

Pour en savoir plus sur Grignan et la Drôme: ADT de la Drôme

Texte et photos © CCA

Hôtels et chambres d'hôtes de charme à Grignan:

- Clair de la Plume
- Maison du Moulin
- Parfum Bleu

Localiser Grignan:

Drôme provençale | Diois | Vercors





Partager ce site