Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


Et si on traboulait dans le Vieux Lyon ?

Si, en décembre 1998, l'UNESCO a jugé le Vieux Lyon digne de figurer au Patrimoine Mondial de l'Humanité, il n'en n'a pas toujours été ainsi.


© Lyon, MCG
© Lyon, MCG
Au sortir de la seconde guerre mondiale, bien peu de monde se souciait en effet des vieilles pierres pourtant millénaires de l'ancienne capitale des Gaules. Il a fallu tout l'enthousiasme et le militantisme de passionnés regroupés dans l'«Association Renaissance du Vieux Lyon», créée en octobre 1946, pour sauver cet îlot de ville voué à «l'équarrissage» et où l'on venait surtout pour s'encanailler. Au fil des années et des rénovations, Fourvière a révélé ses vestiges de l'époque gallo-romaine, Saint-Jean ses témoins du Moyen-Age et le Vieux Lyon ses trésors de la Renaissance.
 
Pour découvrir ces quartiers hauts en couleurs et en histoire(s), la meilleure manière est de «trabouler», soit d'emprunter ces étroits chemins couverts qui traversent toute la vieille ville et permettent d'accéder à des cours secrètes et des bijoux d'architecture Renaissance. Et quand on sait que ces traboules, apparues déjà au moment de l'Empire romain ont été utilisées par les canuts lors de leur révolte de 1831 et les résistants lors de la Seconde Guerre mondiale, on ajoute à la découverte historique un petit vent de fronde.

Informations pratiques:
Renaissance du Vieux Lyon: www.lyon-rvl.com

Les traboules: on en compte plus de 200 dans le Vieux Lyon, à la Croix Rousse et dans la presqu'île lyonnaise (place des Terreaux et le quartier d'Ainay), en passant par la place Bellecour. Dans le quartier St-Jean, deux magnifiques cours à galerie du XVIe siècle à ne pas manquer entre le 27, rue St-Jean et le 6 des Trois Maries.

Pour tout savoir sur les traboules, leur histoire, les circuits et leur adresse: voir sous www.lyontraboules.net

Texte: © CCA
 

Lyon





Partager ce site