Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


La Maison Mantin à Moulins : le réveil d’une belle maison endormie

La maison Mantin, demeure de Louis Mantin, bourgeois moulinois du XIXème siècle, conservée telle qu'elle se présentait le jour de sa mort en 1905, fut donnée par testament à la Ville de Moulins, qui se devait de l'ouvrir au public cent ans après le décès de son propriétaire.


Après de remarquables travaux de restauration, cette étonnante bâtisse – entre manoir anglais ou néo-normand et château néo-gothique – s’est réveillée après un sommeil de presque 100 ans. Elle est ouverte au public depuis 2010.

Témoigner de la vie d’un bourgeois du 20ème siècle, tel était le souhait de Louis Mantin. La porte de cette mystérieuse demeure est donc ouverte et laisse entrevoir des centaines d’objets aussi rares qu’insolites. Passion d’un homme pour l’art, cherchant une voie vers l’immortalité ? L’intérieur sert d’écrin aux collections du maître des lieux: décors peints, tentures murales, tapisseries, boiseries, vitraux, cuirs dorés... Monumental, l’escalier en bois, dessert tous les étages. Il est éclairé par de grandes fenêtres ornées de vitraux. 

Le grand salon

La Maison Mantin à Moulins : le réveil d’une belle maison endormie
Ce salon d’apparat où les invités présente un plafond à caissons blancs et or, ornés de feuilles de chênes et de glands rehaussés d’or.

Un important lustre à pampilles de cristal de Baccarat attire l’œil. On y remarque alors trois ampoules tricolores, patriotisme oblige (défaite de 1870, perte de l’Alsace et de la Lorraine)... Une grande baie vitrée donnait directement sur une terrasse qui menait vers le parc. Le mur opposé est orné d’une tapisserie à décor de chasse au sanglier.

La cheminée de marbre gris est surmontée d’un simple vitrage donnant sur le bureau. Les portes attenant au bureau sont flanquées de miroirs.

Grande table centrale à dessus de marbre, et petites tables posées sur de riches tapis devant de magnifiques fauteuils brodés du XVIIIème... Ici et là, sont disposés des bibelots choisis pour leur beauté et leur originalité : napperons, vases, vide-poches, bougeoirs, coussins...

Le bureau

La Maison Mantin à Moulins : le réveil d’une belle maison endormie
La cheminée monumentale est agrémentée d'un encadrement en carreau de faïence colorés d'une guirlande de fruits et fleurs, d'un tableau en faïence de Delft.

La plaque de l'âtre est ornée d'un grand L accosté de deux ailes: rébus de l'initiale de Louis. L'inscription sur la tête de mort rappelle la vanité de la vie.

Deux petites pièces s'ouvrent sur le bureau: une bibliothèque et un cabinet avec crédence gothique.

La chambre de Louis Mantin

La Maison Mantin à Moulins : le réveil d’une belle maison endormie
Véritable chef-d’œuvre, la chambre du propriétaire des lieux est à son image, excentrique et raffinée à la fois. Le lit à colonnes surmonté d’un dais occupe une grande partie de la pièce. Entièrement fermé par des tentures, il est caractéristique du lit « à la française ».

Luxueux, les murs tendus de cuir de Cordoue à la mode jusqu’à la fin du XVIIIème siècle. La basane, cuir souple issu du mouton, est recouverte de feuilles d’argent serrant de base au décor. Le dessin est peint. Cette tenture datant de 1712, exceptionnelle par sa taille, l’est aussi par son iconographie : épisodes mythologiques, allégories, scènes exotiques...

La chambre de femme

La Maison Mantin à Moulins : le réveil d’une belle maison endormie
Louis Mantin ne s’est jamais marié et n’a pas eu de descendance. Il a vécu longtemps avec une compagne qui n’était pas libre... Ce qui à l’époque était sujet à scandale donc devait rester caché. Nulle trace, nul portrait de cette « mystérieuse » dame, du nom de Louise Alaire.
 
Par contre sa chambre de style louis XV – dite des « quatre saisons » en raison des médaillons ornant les murs – a pu être reconstituée et les tissus de soie rose, abîmés par le temps, ont été entièrement refaits. Par chance, les cartons du motif original avaient été conservés.
 
Sous un ciel peint ovale, entouré d’une cordelière d’où s’échappent des bouquets de roses et bordé d’une corniche précieuse, la soierie « Les Amours » triomphe... La chambre possède aussi un rare et élégant bureau en marqueterie.
 
Au moment du legs, cette chambre dépourvue de sa literie et transformée en salon. Cette liaison devait sans doute embarrasser la famille et les responsables du musée.
 

Le confort moderne

La Maison Mantin à Moulins : le réveil d’une belle maison endormie
Louis Mantin avait pensé à tout : villa tournée vers le passé, mais innovations techniques d’avant garde : installation d’un chauffage à air chaud, de la « fée électricité » - première maison privée électrifiée de Moulins - qui fonctionnera... de la fin du jour à minuit !

Chaque étage est équipé de toilettes : cuvette en faïence blanche encastrée dans un meuble en bois avec même système de pompe utilisée sur les navires. L’eau était chauffée dans la petite pièce au rez-de-chaussée de la tour, le réservoir étant placé sous la toiture de cette tour.

Un cabinet de toilette précède la salle de bains de Louis Mantin. Les murs sont décorés de frises de feuilles et de fruits de marronniers. Un beau meuble à deux vasques y est encastré.

La salle de bains du maître des lieux propose des aménagements ultra modernes pour l’époque : baignoire de cuivre alimentée en eau chaude et froide, douche et petit placard branché sur un dispositif permettant de chauffer les serviettes. Décor asiatique : papillons, branche de cerisier, vol d’hirondelle...

Le musée et l’observatoire

La Maison Mantin à Moulins : le réveil d’une belle maison endormie
La pièce du haut est consacrée aux nombreuses collections de Louis Mantin : statuettes de porcelaine, éventails, serrures (100 serrures et clefs), cadenas, verreries, maquettes réalisées par des ébénistes Compagnons... La cheminée présente un décor hétéroclite : citrons et feuillage en céramique, assiettes en porcelaine de la Compagnie des Indes, sculpture d’un diable combattant un dragon dont les pattes sont de véritables serres...

Une étroite passerelle permet d’accéder à un observatoire au sommet de la tour : médaillons inspirés des fables de La Fontaine, sol en mosaïque et magnifique vue sur la ville. Le parc public devant la maison était le jardin privé de la demeure.
 
Les façades, la toiture, les pièces principales et leur décor sont inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. L’édifice a fait l’objet d’importants travaux de restauration et de mise aux normes. Et il n’est bien sûr pas possible de décrire toutes les curiosités, tous les trésors qu’offre la Maison Mantin, belle endormie ramenée à la vie...

Plus d'informations:
Internet: La Maison Mantin
 
 
Textes et photos : Françoyse Krier

Allier





Partager ce site