Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


Lys-Saint-Georges, pittoresque village berrichon

Niché sur une colline qui domine la rivière Le Gourdon, « une paroisse poétique et au paysage sublime », selon George Sand, Lys-Saint-Georges est un réel havre de paix.


Lys-Saint-Georges, pittoresque village berrichon
Ce joli village, abondamment fleuri aux beaux jours, présente sur ses armoiries à la fois les lys de France et le lion héraldique des rois d’Angleterre dont le saint patron est St. Georges. La romancière, reprenant la tradition orale, expliquait que vers 1190, Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion, après s'être beaucoup affrontés dans la région, se seraient retrouvés au Château de Lys-Saint-Georges et, pour marquer leur réconciliation, auraient décidé de donner à ce village le nom de Lys-Saint-Georges, « Lys » pour le Lys de France et « Saint Georges », pour rappeler l'emblème de l'Angleterre qui était le Lion de Saint Georges.

Vieilles maisons et lieux mystérieux

Gardé par deux lions de pierre, un superbe château datant des XIVème - XVème - XVIème siècles domine les vallées du Gourdon et de la Bouzanne. Entouré de douves qu’enjambe un petit pont sur lequel grimpe le lierre, l’édifice fut édifié sur les vestiges de la forteresse médiévale dont il ne reste que quelques-unes des onze tours ainsi que le donjon qui servit de prison à Ludovic Sforza, duc de Milan dit « le More », fait prisonnier par Louis XII, roi de France, en 1500 au cours des guerres d'Italie. Le château est toujours habité. 

Sur la place à côté, l’église romane dédiée à saint Léger, n’a pas de clocher.

A l’intérieur, une cheminée servait à chauffer la chapelle seigneuriale, à droite du chœur, lorsque les châtelains venaient faire leurs dévotions. Depuis le presbytère, vue sur le tranquille bocage berrichon...
 
Les seigneurs Lys-Saint-Georges avaient le pouvoir de Haute et Basse Justice.

On peut encore voir « Le Parlement », bâtisse fort ancienne dans laquelle siégeaient le gouvernement local et les instances judiciaires et « Les Fourches » lieu situé sous le château où l'on exécutait les décisions de justice. A proximité, le « travail » du XIXème siècle, endroit où on ferrait les bœufs.

Au bas du village, au bord du Gourdon, la Léproserie, par son calme et son environnement, invite à la quiétude. Selon la légende, un seigneur revenant des croisades où il aurait contracté la lèpre, aurait fait construire la léproserie pour y finir ses jours avec ses compagnons.

Par la suite, la léproserie est devenue Hôtel-Dieu conjuguant la fonction d'hôpital à celle d'hospice pour les mendiants ou les pèlerins.

On peut y voir le puits, la charmante petite chapelle et un des bâtiments destinés au logement des malades avec une magnifique poutraison.
 
La Maison du Jardinier, bâtisse traditionnelle du XVIIIème siècle, propose la reconstitution d'un intérieur berrichon du début du siècle, ainsi qu'une exposition des artistes et artisans locaux.
 
Aux alentours du village, des prairies verdoyantes, des chemins creux bordés d’arbres, de ruisseaux, de champs enclos de haies. Vous êtes dans le Boischaut...
 
 
Texte et photos : Françoyse Krier

Internet: Lys Saint-Georges 

Ardèche | Loire | Drôme | Franche-Comté | Côte d'Azur | Bourgogne | Auvergne | Midi-Pyrénées | Alsace | Lorraine | Savoie Mont-Blanc | Champagne-Ardenne | Berry | Paris | Ain | Rhône | Isère





Partager ce site