Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


Nohant, maison pleine d’entrain, poésie d’une demeure d’artistes

Nohant est une demeure robuste et hospitalière, dans laquelle George Sand a vécu et où elle a reçu ses nombreux amis. Elle a écrira quelques-uns de ses romans inspirés par la Vallée noire. Chopin y a composé ses plus belles pages musicales. Delacroix avait son atelier.


Nohant, maison pleine d’entrain, poésie d’une demeure d’artistes
Un long couloir pavé de petits carreaux de terre cuite sépare les chambres aux portes numérotées de la châtelaine et de sa famille, de celle des invités. A l'extrémité, une boîte à deux compartiments: l'un est destiné aux lettres pour la poste, dans l'autre, les habitants de la maison y glissent un mot indiquant ce dont ils ont besoin. Ainsi Théophile Gautier, ayant eu besoin d'un peigne, retrouva, le lendemain dans sa chambre une trentaine de peignes à choisir....

Nohant, maison pleine d’entrain, poésie d’une demeure d’artistes
Les séjours de Frédéric Chopin - de 1839 à 1846 - duraient d'avril à novembre. Il y a composé ses plus beaux morceaux de musique.

Afin que Chopin ne s'ennuie pas à Nohant, George fait venir les amis du musicien, Liszt, bien sûr, mais aussi Eugène Delacroix. Le grand peintre et le compositeur de génie s'apprécient mutuellement et entament de passionnantes conversations.

Les soirs, on joue la comédie, on organise des tableaux vivants, des charades. Chopin improvise au piano. En été, George Sand entraîne sa famille et ses hôtes dans des excursions vers des villages méconnus: Gargilesse, Sainte-Sévère, la Brenne et ses étangs, l'abbaye de Fontgombault.... l'ambiance familiale plaît au pianiste. A Nohant, le compositeur vit certainement les années les plus heureuses de son existence. En 1842, George Sand accueille à Nohant une des sœurs de Chopin, Louis et son mari qui vinrent y passer une partie de l'été, pour la plus grande joie du musicien.

En 1847, après la ruptrure avec George Sand, il n'écrit quasiment plus rien.

De son côté, à Nohant, George Sand divisera en deux ce qui fut la chambre du compositeur. Nulle trace écrite ou peinte ne subsiste de ce qui fut cette chambre, hormis un petit morceau du papier peint - placé sous verre - et les battants de la porte  que George Sand avait fait capitonner afin que le délicat musicien ne soit pas incommodé par les bruits de la maisonnée...

La chambre du musicien et la chambre bleue

Souvent le musicien s'enfermait dans sa chambre et n'en ressortait que pour dîner. Une bibliothèque et de grandes armoires contiennent livres et documents, classés de façon méthodique, ont remplacé les meubles en place lors des séjours du musicien à Nohant. Sur les étagères sont exposés fossiles, minéraux et souvenirs. 

A relever que George Sand dédicacera à Chopin la première édition de La Mare au Diable en 1846.  Le musicien n'a en revanche jamais dédié de musique à son amie romancière.

«Au milieu de la chambre, se trouve le bureau où j'écris: à gauche quelques-uns de mes papiers de musique, M.Thiers et des poésies; à droite Chérubini: devant moi, dans son écrin; ce répétier que vous m'avez envoyé (4 heures), ainsi que des roses et des œillets, une plume et un morceau de cire abandonnés par Kalasante. J'ai toujours un pied chez vous, l'autre dans la chambre à côté où travaille mon hôtesse, et pas du tout chez moi en ce moment, mais bien comme d'ordinaire, dans d'étranges espèces» (lettre de Chopin à sa famille).

La chambre bleue, la dernière occupée par George Sand, est tendue de papier peint et tentures à fond bleu aux médaillons gris représentant une bacchante et un petit faune. Les rideaux du lit à baldaquin, ceux des fenêtres sont assortis: même dessins, même couleur. Fauteuils, table bureau à écritoire, tableaux, pastels, dessins, souvenirs et beaux objets complètent cette pièce élégante, paisible et émouvante... Il était mentionné également une commode demi-lune offerte par Chopin et qui se trouve maintenant à Majorque. George Sand s'éteint dans cette chambre le 8 juin 1876, sur un lit en fer placé à sa demande, devant la fenêtre.

«Laissez verdure... » furent les derniers mots prononcés par cette grande dame qui a vécu en plein XIXème siècle comme on vit de nos jours. Et qui a su aimer jusqu'au dernier soupir.

La chambre d’Aurore

Nohant, maison pleine d’entrain, poésie d’une demeure d’artistes
Changement de décor : d’abord chambre des petites-filles de George Sand, l’une d’elles, Gabrielle y vivra de 1892 à 1909, la meublant d’un mobilier en bambou et d’un papier peint représentant des hérons, style art déco alors en vogue. 

A la mort de sa sœur, la quatrième Aurore qui avait épousé le peintre Frédéric Lauth, y habitera jusqu’à son décès en 1961, à l'âge de 95 ans. La dernière descendante de George Sand avait dix ans à la mort de la romancière. Elle a laissé des souvenirs dont un livre «Le Berry de George Sand». En 1940, elle accueillit à Nohant des réfugiés belges, des résistants et des aviateurs anglais. 

Sans descendance, Aurore Lauth-Sand fit don de Nohant à l’État qui classa l’illustre demeure au titre des Monuments historiques. A sa mort, l'Etat le confie à la Caisse des monuments historiques et des sites, devenue Centre des monuments nationaux. La maison est telle que Gabrielle le souhaitait : «dans son état actuel , le château de Nohant tout meublé (...) pour servir de but d'excursion et de pèlerinage en souvenir de ma grand-mère»


Internet:
Maison George Sand
Festival Nohant

Texte et photos : Françoyse Krier



 

Ardèche | Loire | Drôme | Franche-Comté | Côte d'Azur | Bourgogne | Auvergne | Midi-Pyrénées | Alsace | Lorraine | Savoie Mont-Blanc | Champagne-Ardenne | Berry | Paris | Ain | Rhône | Isère





Partager ce site