Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


Saanen la lumineuse, entre tradition et ère nouvelle

Traduit par Gessenay en français, Saanen est le chef-lieu du Haut-Simmental-Gessenay, un des dix arrondissements administratifs du canton de Berne. Située au cœur d’une nature paisible, la commune de Saanen est riche d’un patrimoine culturel protégé.


Cœur historique du pays de Gessenay

La vue depuis le restaurant Sonnenhof © FK
La vue depuis le restaurant Sonnenhof © FK

Au Xe siècle, le Saanenland, ou comté de Gessenay (en français), faisait partie du royaume de Bourgogne et, du XIe à 1555, appartenait aux comtes de Gruyères dont le blason représentait une grue, l’emblème de la commune. En 1404, les Savoyards mettent en place un régisseur qui s’oppose au renouvellement de la combourgeoisie. Berne détruit alors tous les châteaux forts du Pays de la Sarine et du Pays-d'Enhaut. Le comté de Gruyère regagne sa souveraineté. Le grand train de vie des comtes entraîne la région dans des difficultés financières. Des terres doivent être vendues. En 1554, les créanciers se partagent le comté. Le Pays de la Sarine et le Pays-d'Enhaut tombent alors aux mains de Berne.


Patrimoine protégé, à la frontière linguistique

Maison Marmet © FK
Maison Marmet © FK

Saanen est l’un des plus beaux villages de chalets de l’Oberland bernois et figure à l’inventaire des sites construits à protéger de Suisse. L'église Saint-Maurice datant du XVe siècle, dont on remarque le clocher coiffé d'une pyramide octogonale, est l'une des plus belles du canton de Berne, avec ses fresques et des fonts baptismaux datant du début du XVIe siècle. Au-dessus de l'église, le Chalet Aellen a eu la visite, en 1939, de Béla Bartók qui y a composé son «Divertimento» pour cordes. Le long de l'artère centrale, de superbes et imposants chalets historiques construits entre le 15e et le 18e siècle, portent sur leurs frontons des versets bibliques écrits en gothique et des rosaces. La Maison Baumberger et sa façade gravée avec pignon sous lequel on peut admirer une représentation d’Adam et Ève au Jardin d'Eden. L'édifice qui abrite l'atelier de tissage et le Musée régional de Saanen a été bâti en 1600.

Saanen est jumelée avec Cannes et Darmstadt. Se promener dans les étroites ruelles bordées d’anciennes maisons de bois et de jardinets, en profitant d’une certaine douceur de vivre, est un réel plaisir... Découvrir le plus vieux chalet, la Maison Marmet, mémoire des siècles, datant de 1515. Choisir des produits régionaux au marché, pousser la porte des nombreuses entreprises, galeries et boutiques proposant de l'artisanat suisse, découpages traditionnels d’un raffinement extrême, peintures, linge de maison, et savourer l’accueil traditionnel, chaleureux et personnel de chacun. Faire une halte sur une terrasse comme celle de la petite place sur laquelle veille un buste de Lord Yehudi Menuhin (1916 – 1999), bourgeois d'honneur de Saanen. Ce grand violoniste et chef d’orchestre avait fondé le célèbre Festival Menuhin en 1957.

Un chemin longeant la Sarine - le Chemin du Philosophe - fait découvrir aux promeneurs une série de plaquettes gravées où sont inscrites quelques citations du légendaire violoniste. Ce parcours idéal pour les familles est praticable en été comme en hiver. Des scènes bucoliques - comme ces chèvres saanen si blanches qui n’existent que dans cette région et paissent dans les prairies environnantes - font oublier le bitume et la pollution des villes.


Les nouveaux attraits de Saanen

L'église et les chalets anciens © FK
L'église et les chalets anciens © FK

Depuis 2010, le cœur du village est libre de tout trafic automobile. Avec l’ouverture de la route de contournement, le village de Saanen aborde une ère nouvelle et se prépare à briller de toute sa splendeur historique. Diverses étapes de transformation et de mise en valeur du village sont nécessaires pour que Saanen retrouve son lustre d'antan. A l’automne 2015, Saanen devrait se présenter dans son nouvel habit, avec des places et des lieux incitant à la détente, un parking souterrain, des restaurants et des commerces riches des surfaces occupées auparavant par le trafic...

La première langue natale de la population est le dialecte suisse alémanique de l'Oberland bernois. Le tourisme et la proximité de la frontière linguistique avec Rougemont et la Suisse romande font que la plupart des habitants parlent le français comme seconde langue, et l'anglais. En hiver, accès au domaine skiable d’Eggli à proximité du village (autres domaines à 15 minutes). Les paysages de cette région si attachante sont aussi beaux dans la féérie de l’hiver que dans la chaleur de l’été et dans les couleurs printanières et automnales.


© Françoyse Krier


 

Saanen - Gstaad





Partager ce site