Escapada.ch




Le web magazine des loisirs et des voyages


Trévoux : un riche passé médiéval au cœur de la Dombes

Petite ville située en bordure de Saône, à 25km au nord de Lyon, Trévoux a le charme des lieux où le temps semble s’être arrêté. Tour de ville.


Trévoux : un riche passé médiéval au cœur de la Dombes
Si la Saône dédie aujourd’hui ses rives aux promeneurs et aux cyclistes, elle a joué par le passé un rôle stratégique important. Suite au traité de Verdun de 843, Trévoux matérialisait en effet la frontière entre le Royaume de France et le Saint Empire germanique. Consciente de sa position sensible, la ville fit construire au 13e siècle un puissant château fort. Au début du 15ème, la Dombes, pays situé sur la rive gauche de la Saône, dont Trévoux est la capitale, se constitue en Etat souverain. Elle est ensuite annexée à la France en 1523 et retrouve son indépendance en 1560 sous la souveraineté des ducs de Bourbon Montpensier.

Trévoux : un riche passé médiéval au cœur de la Dombes
Malgré l’exiguïté de son territoire et un nombre restreint d’habitants, la Dombes dote sa capitale d’un Gouverneur, d’un Parlement et d’une Cour des Monnaies. Bénéficiant de privilèges fiscaux, elle développe des activités liées aux métaux précieux : frappe de monnaies, orfèvrerie, étirage de métaux précieux, notamment des fils d’or et d’argent utilisés dans l’industrie de la soie lyonnaise. Elle attire également les tireurs d’or lyonnais exemptés de la taxe sur l'argue royale, la machine qui servait à étirer les fils.

En 1865, c’est le diamant que l’on parvient à percer à Trévoux, ouvrant une nouvelle ère de prospérité pour la cité qui développe une production de fils métalliques très fins en grandes quantités.

Trévoux devient également la ville des imprimeurs et des libraires grâce à son indépendance qui lui assure une certaine liberté d’expression. L’imprimerie de Trévoux, fondée en 1603, crée l’Académie de Trévoux qui publie les « Mémoires pour l’histoire des Sciences et des Beaux-arts » connues sous le nom de « Journal de Trévoux », périodique rédigé par des Jésuites installés à Paris sur les parutions d’ouvrages imprimés dans divers domaines. C’est à cette même imprimerie que l’on doit également le fameux « Dictionnaire de Trévoux », l’un des premiers de la langue française qui figure encore dans les collections de la ville.

Trévoux aujourd’hui

Il subsiste de ce riche passé historique quelques lieux qui méritent la visite. Le château fort construit à  partir de la fin du 13ème par les sires de Thoire et Villars pour défendre la ville, offre, depuis son donjon octogonal,  une vue magnifique sur la Saône, la Dombes, les Monts d’Or et le Beaujolais.

Au pied du château, la vieille ville déploie ses ruelles escarpées, ses cours et ses passages couverts, les « traboules », comme on les désigne dans la région, et ses maisons de différentes époques.

L’une des plus anciennes, la Maison des Sires de Villars, est dotée d’éléments architecturaux représentatifs du 15 au 18e siècle. Outre l’office du tourisme, elle abrite, depuis sa ré-ouverture en 2015, un musée qui présente l’histoire de Trévoux à travers des pièces d’orfèvrerie, des monnaies de la Dombes, des tirages d’or et d’argent.

En face, la « Passerelle » intègre, dans une approche qui fait le lien entre passé et présent, une médiathèque où l’on peut découvrir le Dictionnaire et Mémoires de Trévoux ainsi que l’édition originale de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Ces trésors sont mis en scène au centre du rez-de-chaussée et consultables dans une pièce vitrée, sécurisée, dans les conditions optimales d'un cabinet de lecture idéal: lumière calibrée et hygrométrie contrôlée.

Le bâtiment, situé sur le site de l'hôpital créé au 17e siècle par Anne-Marie Louise d'Orléans, duchesse de Montpensier, abrite également une école de musique, un cinéma, un espace baptisé « Carré Patrimoines » qui présente l’histoire de la région, ainsi qu’une apothicairerie, située précédemment dans l’ancien hôpital, dont les boiseries, originales, ont été déposées et remontées. Les pots sont classés.

Clin d’œil au Dictionnaire de Trévoux, des mots sérigraphiés animent la façade, les rideaux sont tissés de fils métalliques cuivrés et émaillés.

Trévoux : un riche passé médiéval au cœur de la Dombes
A ne pas manquer également, le Parlement de Dombes qui, derrière une façade sobre pour ne pas dire austère, abrite une salle d’audience, dont le plafond est décoré des « images à énigmes » caractéristiques de l’art de la fin du 17e siècle. Les motifs rappellent aux magistrats leur rôle de maintien de la justice et la paix en s’inspirant de la justice divine.

Rue(s) des Arts

Ville d’art, Trévoux l’a été assurément à travers les siècles. Pour perpétuer ce lien avec la culture et l’histoire, la municipalité acquiert et réhabilite des locaux en ateliers-galeries, mises à disposition à des conditions attractives, à des artisans ou des artistes après sélection sur dossier.

De la dorure, à la lutherie, en passant par la sculpture, les arts plastiques, la peinture, la tapisserie, une dizaine de créateurs font découvrir leurs œuvres et leur univers. On les reconnait au label « Rue(s) des Arts » qui estampille leurs devantures situées dans le cœur historique de la ville, de la rue du Port à la Grande rue en passant par la rue de l’Herberie.

A savoir que les artistes et les artisans acceptent, en contrepartie des ateliers et du label, de participer à l’animation de la ville en ouvrant leurs ateliers au public le 1er et le 3e week-end, du vendredi au dimanche.

La ville ne compte d’ailleurs pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’elle prévoit l’acquisition de nouveaux locaux pour abriter d’autres créateurs.

Plus d'informations sur Trévoux: Tourisme Trevoux


Texte et photos © Christine Ansermet


 

Dombes et Saône





Partager ce site